Ce libre propos n’aura aucun autre but que de présenter ma passion, celle qui anime aujourd’hui mes envies, mes désirs et mes buts. Vivre une passion, d’une passion ou pour une passion traduit inexorablement le fait d’exister pour quelque chose qu’il nous reste à cerner peut-être, construire sûrement et exulter assurément. Ma seule contrainte n’est autre que ma passion est l’Amour et ma seule manière de l’apprivoiser doucement résidera sur ce site.


* * *

 

        Le concept même de notre culture moderne nous conduit à devoir nous forger une identité à la fois unique et universelle. Il en devient ainsi une quasi nécessité d’y appréhender une voie à suivre basée sur l’empirisme de notre éducation et sur l’évocation même d’une identité partageable et reconnue. Le partage de cette identité est évidemment empreint de ressentiments communautaires, de contraintes de groupe et d’obligation d’y adhérer. S’affranchir de ces règles déterminera une marginalisation assurée. La passion s’inscrit donc directement dans ce schéma de socialisation guidée, mais qui permet une légitime liberté d’agir, de construire et de partager .

                                                   

« Qui ne vit pas de passion ne vit rien et n’est rien »

     

        Sur ces bases sûrement très simplistes, je vais d’ores et déjà inclure que je n’avais jamais vécu ni passion ni désir d’en avoir une. Je prétendais même ne pas comprendre le simple fait de s’abandonner à quelque chose d’autre que la volonté de maîtriser son parcours.

La passion s’est toujours révélée pour moi comme un outil de souffrance, une épreuve contraire à la raison, une endurance inutile. Autrement dit, un état dont l’individu même est passif, dont j’aurais été passif.

Peut-être aurais-je dû concevoir que la passion est aussi une émotion plus forte que nous, une émotion qui nous transporte au couronnement irraisonné ou irraisonnable et qui aurait été impossible sans elle.

Peut-être ne voulais-je pas qu’elle se traduise pour moi comme la pensée de vouloir continuellement posséder quelqu’un. Peur qu’elle se confonde avec l’amour, peur qu’elle fasse place à l’amour.


        Mais je n’ai malheureusement, ou fort heureusement d’ailleurs, d’autres alternatives aujourd’hui que de la concevoir dans son ensemble. Elle est survenue dans ma vie sans que je m’y attende, sans que je la veuille et pourtant, elle vit maintenant en moi, s’éveille en moi, grandit en moi. Elle est tout à la fois : une épreuve, une souffrance, une volonté, un intense désir, un courage, et surtout de l’espoir. Elle ne fait pas place à l’amour, elle se conditionne à ses côtés, elle se nourrit de son état, mais elle s’abandonne à son approche ; enfin, je crois.


        Aussi paradoxale que cela puisse paraître, vous comprendrez donc aisément que ma passion tend à être l’Amour. Mais l’amour de quoi, de qui, comment....? Autant de questions qui m’envahissent. Et ma passion ? Serait-ce qu’un intense trouble, un état passionnel, une envie passionnée, une nostalgie maladive, un espoir démesuré... ? Autant de réponses que j’espère me donner.



Mon Amour ne deviendrait-il que ma passion ou ma passion déclinerait-elle mon Amour ?

Ai-je la passion d’aimer, d’aimer quelqu’un, d’aimer un état ou d’aimer des souvenirs ?

   

* * *

Créé sur un Mac
Page suivantePr%C3%A9ambule.html

        Je ne prétends pas être en mesure de façonner une théorie constructive et globale sur le sujet. Je découvre bien malgré moi les méandres de mes pensées. Il me faut dès lors les décliner dans le sens qu’elles veulent prendre et les agencer de telle manière qu’elles se satisfassent d’elles-mêmes. Je vais ainsi poser leurs fondements successifs en les dissociant d’abord de leurs origines distinctes pour les laisser me mener à leurs volontés exutoires de se comprendre.

Pr%C3%A9ambule.html
Envoyez-moi un message

Ce site est une deuxième réécriture étant donné que mon disque dur n’a pas eu la patience de m’accompagner au bout de l’aventure et qu’il ne m’a laissé aucune chance d’en faire une sauvegarde. Vous imaginerez de fait aisément la perte de substance qui peut en découler... Ceci étant dit, bonne lecture ...

Epica - Memory (Version Acoustique)